Phase One XF IQ150 : pourquoi je suis passé sur moyen format

28 décembre 2020

Après avoir très longuement hésité, tant pour des raisons de budget que de pertinence, j'ai ressenti le besoin de passer à un système moyen format. Pas n'importe lequel puisque j'ai jeté mon dévolu sur un Phase One avec boitier XF et dos numérique IQ1 50MP (IQ150). Adieu au réflex que j'adorais : le Nikon D850,

Pourquoi en finir avec le Nikon D850 ?

Est-ce que le capteur du D850 a des défauts ? Non pas vraiment, il permet de produire des images de grande qualité en basse comme en très haute sensibilité. D'ailleurs il reste, à mon avis, le meilleur réflex de studio à l'heure actuelle. Et il ne fait aucun doute qu'il est un excellent candidat au podium pour la photographie en lumière naturelle. Le Nikon D850 est d'ailleurs capable d'une rafale très satisfaisante pour mon travail hors studio. Et puis son autofocus est très rapide, bref que du bon ! Successeur du D810 qui était déjà excellent, le D850 offre une résolution de 45Mpx avec une qualité étonnante si on considère la taille du capteur 24x36.

En revanche, après avoir comparé longuement les deux systèmes, j'ai la certitude que les optiques Nikon sont moins bonnes que les célèbres objectifs Blue Ring fabriqués par Schneider Kreuznach pour Phase One. En effet, sur un même setup en studio j'ai pu apercevoir quelques aberrations chromatiques sur le Nikon AF-S 105mm f/2.8G IF-ED VR Micro. C'est pourtant l'objectif macro phare de la gamme Nikon. En revanche, le Schneider Kreuznach 120mm f/4.0 macro LS est pour ainsi dire exempt de tout défaut.

Comparatif Nikon D850 vs Phase One XF IQ1 50MP

Si on regarde les choses factuellement on peut déterminer quelques différences plus ou moins importantes :

Nikon D850Phase One XF IQ150
Résolution du capteur45,7 Mpx50 Mpx
Taille du capteurCMOS BSI
24x36 mm
CMOS
33x44mm
Profondeur de couleurs12 ou 14 bits16 bits
Taille des photosites4,36 µm5,3 µm
Dynamique14 f-stops14 f-stops
Synchro flash1/250s1/1600s
Points autofocus1531
Comparatif technique D850 vs Phase One IQ150

Sur les aspects qui penchent en faveur du Phase One, aucun doute permis, la taille du capteur, la profondeur de couleur, la taille des photosites et la vitesse de synchronisation du flash. Ce dernier point nécessite néanmoins d'utiliser des objectifs LS (Leaf Shutter) Schneider Kreuznach. Dans une moindre mesure, on pourra citer la résolution.

Les capacités de l'autofocus du Phase One ont de quoi faire rire sur le papier. Cependant, un moyen format est utilisé dans des circonstances qui rendent la présence de multiples points de focus moins pertinente. En studio on a le temps de peaufiner le focus sans utiliser le viseur ni l'autofocus grâce à Capture One. Attention, je n'irai pas jusqu'à dire qu'il ne serait pas avantageux d'avoir un système autofocus plus performant sur le Phase One !

Pour en revenir au capteur, la formule du D850 est intéressante car BSI, c'est-à-dire rétroéclairé et donc plus performant en basse lumière. Si le dernier né des dos numériques de chez Phase One (l'IQ4) utilise cette technologie, mon "vieux" Phase One XF IQ150 en reste à un capteur CMOS simple comme le D810 par exemple.

Le point qui reste questionnable concerne la dynamique du capteur (dynamic range), c'est-à-dire la différence entre le point le plus lumineux et le point le plus sombre. Sur le test DxO Mark on peut lire que le D850 atteint la valeur étonnante de 14,8 f-stops ! Mais d'autres tests montrent des valeurs comprises entre 9 et 12 f-stops (voir ici). D'ailleurs notons que Nikon reste discret sur cet aspect alors que Phase One annonce sans équivoque ces 14 f-stops. On pourra trouver de rares tests autour de 13 f-stops pour l'IQ1. A titre personnel, si j'ai toujours trouvé le D850 très performant, je dois bien avouer que les RAW (format IIQ) du IQ150 m'ont bien plus impressionné. Et c'est normal si on considère la taille des photosites (+25%) et la profondeur des couleurs (16bits).

Il y a déjà beaucoup d'articles techniques écrits par des gens bien plus compétents que moi sur ce sujet. Je n'irai donc pas plus loin là-dessus.

Phase One : une question de budget

Phase One IQ4 150MP
Phase One IQ4 150MP en test à mon domicile

Le boitier 645DF+ ou XF

Si j'ai longtemps hésité à acquérir un système Phase One c'était bien sûr pour une question de budget. S'il est possible de trouver d'anciens boitiers à prix légers, comme un 645DF+ autour de 700€, un boitier XF d'occasion coûte de 3500 à 4500€ selon son état. Mais en bon photographe de studio je ne m'imaginais pas passer à côté des dernières technologies du XF (focus trimming, gestion des vibrations, Af-r, etc.). De plus, son autofocus est bien plus performant surtout dans sa dernière version HAP2.

Le dos numérique Phase One

Ensuite il faut trouver un dos. Un dos numérique de la série IQ1 se trouve, selon son état, son capteur (CMOS ou CCD) et sa résolution, de 2800€ à plus de 10000€. Et je ne vous parle pas du dernier dos numérique Phase One IQ4 150MP (que j'ai pu tester) qui lui se négocie d'occasion autour de 30000€ contre 48000€ neuf. Quant à l'IQ3 100MP on le trouve généralement entre 15000 et 20000€, toujours d'occasion.

Les objectifs

Pour finir, il reste la question des objectifs. Et là, accrochez-vous bien car vous allez avoir besoin d'un banquier super sympa. Si comme moi vous cherchez des objectifs de seconde main dans la série Blue Ring, c'est-à-dire, le haut de gamme de chez Schneider-Kreuznach, il va d'abord falloir les trouver.

Je pense notamment au 120mm f/4 LS Macro car c'était ma priorité absolue pour mon travail. Très peu d'exemplaires de cet objectif extraordinaire circulent sur le marché de l'occasion. J'ai eu la chance d'en trouver un en Angleterre au bout d'un bon mois de recherche à un prix acceptable (neuf il faut compter 7200€ TTC). Il vous sera plus facile de trouver un 35mm f/3.5 LS. Bref, en moyenne comptez 3500 à 4000€ par objectif Blue Ring. Le cas du 80mm f/2.8 LS est un peu à part puisqu'il fait partie du kit standard Phase One et se trouve donc souvent autour de 1500€.

Gamme d'objectifs Phase One
Aperçu de la gamme des objectifs Phase One et Schneider-Kreuznach

Pour les objectifs moins importants dans mon travail, j'ai opté pour des Schneider-Kreuznach de la série précédente, qu'on appelle parfois les Silver Ring, notamment le 150mm f/3.5 LS. L'autofocus est plus lent et les qualités optiques moins bonnes mais ces objectifs se trouvent dans une gamme de prix plus raisonnable (1000-2500€ d'occasion). Ils sont donc parfaits pour un usage ponctuel.

Dernière solution pour les budgets serrés (400 à 1500€) : acquérir des objectifs Phase One ou Mamiya, parfois à mise au point manuelle et toujours dépourvus de Leaf Shutter et donc de synchronisation à 1/1600s. Il faudra donc se contenter du Plane Shutter avec un synchro flash de 1/125s. De conception assez ancienne, ils délivrent des performances en retrait mais permettent de mettre un pied dans le monde du moyen format.

Tout dépend du budget et du type de photographie pratiquée.

L'entretien

Le nettoyage/réparation d'un objectif Phase One représente autant un coût qu'un long délai d'immobilisation. Comptez de 150€ à 1000€ hors frais d'envoi et 1 mois en moyenne pour un aller au Danemark et un retour depuis le Japon.

Pour le boitier XF ou le dos numérique IQ (quelle que soit la série), je n'ai pas encore testé le retour SAV donc je ne me prononcerai ni sur son coût ni sur les délais. Tout ce que je sais c'est que ces éléments restent en Europe contrairement aux objectifs.

Le Phase One IQ150 en action

La pratique du moyen format, qu'on soit sur Phase One ou Hasselblad, invite à ralentir sa cadence de travail. C'est lourd, le déclenchement est lent, c'est cher à l'acquisition comme à l'entretien. Tout concourt donc à réfléchir son image avant même d'allumer la bête.

L'image ci-dessous a été retouchée et la suivante montre un crop à 100% de la même photo brute à la sortie du capteur. Ce que je peux vous garantir c'est que le couple Phase One XF IQ150 et Schneider-Kreuznach 120mm f/4 LS Macro permettent de produire des images d'une richesse de détails et de couleurs totalement inatteignable avec un réflex.

Photographie culinaire
Photo culinaire retouchée dans Capture One et Photoshop
La même photo brute à 100% sur les grains de poivre

Quelques images prises en extérieur en lumière naturelle, encore au 120mm f/4 LS Macro (photos retouchées).

Toujours en lumière naturelle ici sur un bâtiment au lever du soleil au 35mm f/3.5 LS (photo retouchée).

Pourquoi Phase One et pas Hasselblad ?

A qualité sensiblement égale j'aurais pu choisir Hasselblad. J'ai fait le choix de la plateforme Phase One pour une raison assez simple : j'utilise le logiciel Capture One depuis longtemps. D'ailleurs je traine encore quelques milliers de fichiers de mon Nikon D850. Je ne pouvais donc pas me permettre de changer mon workflow encore une fois, d'autant que les qualités de Capture One n'ont pas d'égal. De plus, Capture One me permet de travailler avec de nombreux formats de fichiers RAWs et m'assure une compatibilité parfaite avec mon Phase One en mode connecté (tethered) et dans ses profils d'objectifs, de capteurs, etc.

Justement, j'avais écrit un article sur mon passage de Lightroom à Capture One. Bien qu'un peu ancien, il permet de restituer le pourquoi du comment.

Pour conclure

Pas évident de conclure ici alors qu'on a fait qu'effleurer le sujet. L'un des aspects les plus importants reste la réaction très positive des clients depuis l'arrivée du Phase One XF IQ150. L'autre côté positif est clairement la facilité d'utilisation et les fonctionnalités de haut niveau que procure un Phase One.

Même si je sais que je ne tire pas le meilleur de cette plateforme à l'heure actuelle, j'ai conscience qu'entrer dans l'écosystème Phase One est un investissement de long terme. Ainsi, je prépare lentement mais avec confiance un upgrade vers l'IQ3 100MP pour lequel je disposerai déjà des meilleurs objectifs. Quant à mon workflow il restera totalement d'actualité, éprouvé et rassurant.

Archives

Photographe Bordeaux & PARIS

Photographe professionnel à Bordeaux et Paris, spécialisé en photographie de mode, prêt-à-porter, beauté, produits (vins, spiritueux et cosmétiques) je suis à votre disposition pour étudier vos projets.
Liquides & still life
Packshot produits
Mode et beauté
Catalogue prêt-à-porter
Portrait business
Reportage viticole
+33 (0)6 13 16 84 47
[email protected]
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram