RETOUCHE PHOTO

Capture One 11

Comme la plupart des photographes j'ai commencé avec Lightroom pour la gestion de mes images, le développement RAW et les retouches de base. Oui mais je me suis laissé tenter par le logiciel de Phase One, le célèbre constructeur d'appareils photo moyen format, dénommé Capture One.

Disponible à l'achat (279 €) ou par abonnement (20 €/mois), Capture One 11 a un positionnement prix tout à fait correct. Il est mis à jour très régulièrement par l'équipe de développement pour corriger les éventuels bugs, ajouter des fonctionnalités mineures et le support de nouveaux appareils photos et objectifs.

Capture One 11 vs Lightroom CC

CaptureOne11

Le positionnement est clair, Capture One s'adresse d'abord aux photographes professionnels alors que Lightroom satisfera autant les amateurs que les professionnels. Sans révolutionner le genre, Capture One est un excellent logiciel de gestion de bibliothèque photo mais Lightroom, sur ce plan, n'a pas grand chose à lui envier. Non, ce qui le rend singulier et vraiment indispensable à mon avis ce sont quatre choses :

  1. la gestion des couleurs
  2. la possibilité d'annoter et retoucher par calques
  3. le mode Session
  4. la rapidité de fonctionnement

Pour Lightroom comme pour Capture One, Photoshop reste bien sûr un incontournable pour la retouche avancée mais c'est une autre question.

La gestion des couleurs

Autant le dire tout de suite, Lightroom peut aller se rhabiller sur ce sujet. Et quand vous travaillez avec des gélatines sur vos flashes comme moi (enfin pas tout le temps mais souvent) ou si vous aimez affiner votre rendu colorimétrique avant de passer à la retouche proprement dite, il est de bon ton de laisser tomber Lightroom.

Capture One propose en effet une interface très intuitive qui permet de modifier les couleurs selon leur teinte, c'est à dire selon si elles sont dans les hautes lumières, les tons moyens, les ombres et aussi la dominante générale. On peut jouer sur la couleur en elle-même, sa saturation et sa luminosité. Et pour les portraitistes, photographes de mode ou de beauté il y a un outil supplémentaire qui permet d'ajuster uniquement les tons chair. Bref, de quoi faire de fins réglages pour donner le meilleur de sa photo.

Les calques et les annotations

Contrairement à Lightroom, Capture One 11 propose une gestion très avancée des calques pour réaliser différents ajustements. Bien qu'il ne soit pas possible de tracer des masques à la plume comme dans Photoshop, il est possible d'utiliser un pinceau et, en activant l'option "Masque auto", Capture One vous aidera à éviter les débordements grâce à la détection des contrastes. Ce n'est pas parfait mais en ajustant correctement l'outil on peut très nettement améliorer le rendu d'une image. Il existe aussi un autre outil de masquage en dégradé très pratique pour rééquilibrer l'exposition par exemple.

Mais on peut aller plus loin avec l'éditeur de couleur par exemple. Vous sélectionnez une couleur sur l'image (éditeur de couleur, onglet avancé) puis allez dans les options du panneau de l'éditeur de couleur et cliquez sur "Création du masque à partir de la sélection". Et voilà, vous avez un masque, que vous pouvez affiner au besoin, pour travailler uniquement sur la zone sélectionnée. Vous pouvez ainsi travailler sur différentes zones de l'image d'une façon précise sans même avoir exporté votre RAW dans Photoshop. C'est de cette façon qu'on bénéficiera du potentiel maximum d'un fichier RAW car plus vous exportez tardivement dans votre workflow, plus vous profitez des avantages indéniables des données brutes du format RAW. Dès que vous passez dans Photoshop, vous commencez à perdre le contrôle sur certaines données et à entrer dans un process destructif. Mais c'est un sujet que je traiterai bientôt plus en détail dansun autre billet.

Alors qu'avant on devait faire des annotations sur un calque dans Photoshop pour repérer les zones à retoucher, on peut désormais le faire directement dans Capture One. Les annotations seront ensuite exportées sur un calque séparé. C'est assurément un gain de temps.

CaptureOne_annotation

Le mode Session

S'il y a une chose qui change radicalement son workflow, c'est-à-dire sa façon d'organiser son travail, c'est le mode Session qui créé un répertoire contenant 1 base de données et 4 sous-répertoires (Capture, Output, Selects et Trash). De cette façon il est facile de déplacer le projet d'un disque dur à l'autre, de la partager et de le sauvegarder... De plus, on retrouve les fichier RAW simplement ainsi que la sélection et bien sûr les exports (sans compter la corbeille qui contient les images non retenues). Je ne sais pas si c'est clair mais honnêtement, rien que cette fonctionnalité mérite le détour tant elle fait gagner du temps et de la sérénité.

La rapidité de fonctionnement

Je crois que même les partisans de Lightroom s'en plaignent : il est d'une lenteur affligeante. Capture One est rapide et agile et c'est un aspect important de sa fiabilité.

Les plus de Lightroom

Objectivement (sans jeu de mot), il est plus simple d'utilisation et on a moins l'impression d'être noyé sous un torrent d'options et d'outils parfois mystérieux. L'un de ses atouts les plus solides reste la gestion d'un nombre d'appareils photo et d'objectifs bien plus important que Capture One notamment pour ce qui concerne la correction du vignettage et des déformations optiques. Enfin la sélection des images pour l'importation me semble plus simple et plus sûre (on ne risque pas de remettre sa sélection à zéro par mégarde), de plus on peut prévisualiser l'image en plein écran ce qui n'est pas possible sur Capture One.

Le logiciel d'Adobe a de plus le gros avantage de faire partie de l'abonnement de base de Creative Cloud pour les photographes et des autres formules d'abonnement d'Adobe. Il est donc d'une certaine façon plutôt accessible en terme de prix.

Les moins de Capture One

En apparence il a l'air complexe d'utilisation mais c'est simplement une question d'habitude. Alors oui bien sûr, comme moi, il y a fort à parier que vous n'utiliserez pas la moitié de ses fonctionnalités mais si vous avez besoin d'un outil de pointe vous le trouverez sans doute dans Capture One.

Comme dit précédemment, le système de sélection des images au moment de l'importation est particulièrement incomplet. Il faut utiliser la touche CTRL du clavier et cliquer sur les images qu'on souhaite importer et si par mégarde vous cliquez à côté d'une image vous perdrez l'ensemble de votre sélection. Alors bien sûr, me direz-vous, pourquoi ne pas tout importer d'emblée puis déclasser et supprimer les images qui ne sont pas satisfaisantes ? Sans doute pour des raisons de place et de logique, quel intérêt a-t-on à perdre du temps à importer des images qu'on va ensuite supprimer ? Ensuite la visualisation des fichiers à importer ne peut pas se faire en plein écran mais dans une vignette qui n'est à mon goût pas assez grande. D'une certaine façon je comprends la logique : on importe tout et on trie ensuite comme s'il on avait shooté en tethered (où il excelle particulièrement) puisque Capture One propose des outils complets pour trier ses images, les promouvoir, les déclasser et les supprimer, comme le mode Session.

Au final

J'ai l'impression d'avoir bien descendu Capture One avec cette histoire d'importation car c'est bien ce qui m'ennuie le plus sur le logiciel de Phase One même si c'est un problème plutôt marginal finalement. En fait il a beaucoup d'avantages : je le trouve plus rapide que Lightroom, plus précis dans la gestion des couleurs et offre à mon avis un meilleur workflow. Et c'est clairement une bête de précision pour le traitement RAW. Cela ne veut pas dire qu'il n'a pas quelques défauts ou plutôt que Lightroom n'a pas quelques atouts bien à lui. Pour mon usage j'ai donc choisi Capture One 11 plutôt que Lightroom CC, et vous ?

Un petit lien si vous souhaitez en savoir plus sur Capture One.

Pour réagir à cet article, direction ma page Facebook !

1 octobre 2019
Photographe de prêt-à-porter

Quand on imagine le travail d'un photographe de mode on pense surtout à la haute couture. Néanmoins, vous avez bien plus de chances d'être amené à travailler avec des marques de prêt-à-porter plutôt qu'avec les grands noms du luxe. J'ai eu la chance de travailler avec la marque May29 pour sa nouvelle collection d'automne 2019. […]

Lire la suite
19 août 2019
Workshops pour photographe à Bordeaux

On me demande souvent si je donne des cours de photo en extérieur ou en studio ou si je peux donner des conseils sur le matériel. Bien que je n'en fasse pas la publicité, j'organise effectivement des workshops adaptés aux besoins de chaque photographe à Bordeaux (mais aussi sur toute l'Aquitaine). Mais alors pourquoi participer […]

Lire la suite
17 avril 2019
Clients : les robes de mariées

Les créateurs de robes de mariées et plus largement les boutiques de robes de mariées constituent une clientèle intéressante du point de vue créatif pour un photographe. Attention, je parle bien de photographie créative et non de photos type catalogue sur fond blanc car c'est un tout autre sujet. Première expérience La marque "Les Mariées […]

Lire la suite

Photographe Bordeaux

Photographe professionnel à Bordeaux, spécialisé en photographie de produits et de mode/beauté, je suis à votre disposition pour étudier vos projets.
Liquides & still life
Packshot produits
Mode et beauté
Portrait business
Reportage viticole
+33 (0)6 13 16 84 47
[email protected]
phone-squarepinterest-squareenvelopebehance-square linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram